News detail

Sanne Caarls, een Amerikaanse-Nederlandse bij Braxgata

14/10/2022 – 12:43

Vijf keer op rij winnen, dat was helemaal nieuw voor mij”


De 24-jarige Sanne Caarls sluit binnenkort een bewogen jaar 2022 af. Niet alleen verhuisde ze na vijf jaar in de Nederlands Hoofdklasse bij Bloemendaal naar de ION Hockey League bij Braxgata, maar ze maakte ook de overstap van de Nederlandse ‘potentials’ naar het nationale team van Amerika. “Dit scenario had ik pakweg drie jaar geleden niet durven bedenken”, glimlacht Caarls.


Sanne Caarls is een nieuw, fris gezicht in de Belfius Women’s League. In 2017 transfereerde ze van haar thuisclub Rood-Wit in Aerdenhout naar Bloemendaal. Daar hockeyde ze vijf jaar in de Hoofdklasse, de laatste drie jaar zelfs als kapitein. “Ik heb mooie jaren bij Bloemendaal achter de rug”, zegt Caarls. “Het waren vooral spannende seizoenen, want telkens was het knokken om het behoud. Het lukte ons elke keer om in de Hoofdklasse te blijven.


Samen met Stephanie Vanden Borre en de Nieuw-Zeelandse Rachel McCann was Caarls dit seizoen één van de drie inkomende transfers bij de dames van Braxgata. “Een beetje vanuit het niets, en tot mijn grote verrassing, werd ik een jaar eerder al gecontacteerd door Braxgata”, zegt Caarls. “Ik hockeyde toen echter nog bij de ‘potentials’ van Oranje. Die potentials vormen een mix van speelsters die in aanmerking komen voor het nationale team. Voor mij was het nog te vroeg om Nederland te verlaten. Dit seizoen was ik echter naar iets nieuw op zoek en kwam ik terug in contact met Braxgata. De zaak werd snel beklonken.


Caarls woont in het centrum van Antwerpen en heeft het helemaal naar haar zin in België. “Het valt me inderdaad geweldig mee, ik zit hier op mijn plek”, zegt ze. “Ik woonde vijf jaar in Amsterdam. Een geweldige stad. Antwerpen doet me wat denken aan Amsterdam, maar dan een stuk kleiner.


Ook de clubbeleving ademt een bijzondere sfeer uit. Na een training met de jeugd op woensdag- of vrijdagnamiddag zitten de ouders langs de lijn gezellig iets te drinken. Het is een familiaal gebeuren. Alleen moet ik nog wat gewend raken aan die Vlaamse dialecten. Als Stephanie Vanden Borre het in het Gents begint te uit te leggen, vraag ik me echt af wat ze vertelt.


Met 16 op 18 na zes speeldagen zit Braxgata helemaal in het spoor van competitieleider Gantoise. “We wonnen de eerste vijf wedstrijden op rij. Voor mij was dat een bijzondere ervaring, ik maakte dat nog nooit mee en kan er best wel van genieten”, lacht Caarls. “Pas op speeldag zes verloren we onze eerste punten met een 2-2-gelijkspel tegen Dragons. Ondanks het feit dat we veel winnen, hockeyen we op dit moment nog niet op ons best. De puzzelstukken moeten nog wat in elkaar vallen. Met Stephanie in de verdediging, mezelf op het middenveld en Rachel in de aanval staan er in elke linie nieuwe speelsters en dat is voor de groep even wennen. Het is duidelijk dat er in deze groep veel kwaliteit schuilt. Logisch, met vijf Red Panthers die in juli het WK speelden en nog enkele sterke jongeren in het team. In eerste instantie richten we ons op de play-offs, maar ik ben een echte winnaar. Ik ben naar hier gekomen om landskampioen te worden.


Caarls coachte de voorbije jaren jeugdteams bij Rood-Wit en Amsterdam en gaat met de meisjes U12 in Boom op dat elan verder. Daarnaast kreeg ze bij Braxgata ook de heren 3 als coach toegewezen. “Het is mijn eerste ervaring als coach bij de senioren en dan ook nog eens bij de mannen: dat was aanvankelijk wel een beetje spannend”, vertelt ze. “Zeker omdat het bijna allemaal leeftijdsgenoten zijn. Op de eerste training had ik hesjes bij, maar die waren op kindermaat en dus te smal. Niet comfortabel voor de jongens en ze trokken dan maar hun shirt uit. Ik dacht: ‘wat gebeurt hier’ ? Uiteindelijk won het team zonder shirt het onderlinge trainingsduel en ging ik met hen op de foto. Mijn stijl van trainen ? Ik hou wel van hard werken en pittige trainingen. De jongens zullen dat intussen wel ondervonden hebben (lacht).


Niet alleen maakte Caarls dit seizoen de overstap van Bloemendaal naar Braxgata, ze verruilde ook Oranje voor ‘team USA’. Met de Amerikaanse nationale vrouwen debuteerde ze dit jaar in de FIH Pro League en heeft ze intussen elf caps achter haar naam. Met dank aan haar Amerikaanse mama. “Mijn mama kwam 28 jaar geleden voor haar werk naar Nederland en is nooit meer weggegaan”, aldus Caarls. “Als jeugdspeelster droomde ik nooit van hockeyen in de Nederlandse nationale ploeg, maar toen ik bij de potentials mocht aansluiten vond ik dat toch gaaf. Er is dan een reële kans om door te groeien naar het grote Oranje. Toen ik dit jaar niet geselecteerd was voor het WK in Spanje en Nederland dacht ik: ‘hé, er is nog een optie’. Ik belde de coach van Amerika en hij was meteen zeer positief. Snel was alles in kannen en kruiken en op 2 april maakte ik mijn debuut voor team USA in Amstelveen tegen … Nederland.


Einde november trekt Caarls met de Amerikaanse nationale dames, veelal college-speelsters, op stage naar Argentinië. In februari en maart staan in Nieuw-Zeeland en Australië dan de eerste wedstrijden van het nieuwe Pro League-seizoen op de affiche. De laatste matchen van Amerika in Australië vallen samen met de start van het tweede deel van de competitie , maar ik zal in België staan”, zegt Caarls. “Braxgata gaat voor.


Caarls is helemaal nog niet klaar met hockey. Sterker nog: de olympische droom komt zeer dichtbij. “In oktober volgend jaar spelen we de Pan American Games en daar vallen tickets voor de Spelen van 2024 te verdienen”, besluit ze. Naar Parijs gaan, zou enorm cool zijn. Vier jaar later, in 2028 in Los Angeles, is Amerika het gastland en zijn we er in principe automatisch bij. Dan ben ik dertig jaar. Normaal gezien ben je dan op je top. Toch ?

Werner Thys

- - -

Sanne Caarls une américano-néerlandaise à Braxgata.


Gagner cinq fois de suite, c'était une expérience complètement nouvelle pour moi .


Sanne Caarls, 24 ans, va bientôt clore une année 2022 riche en événements. Non seulement elle a rejoint la ION Hockey League avec le Braxgata après cinq ans passés dans la première division néerlandaise avec Bloemendaal, mais elle est également passée des « potentials » néerlandais à l'équipe nationale américaine. « Je n'aurais jamais osé imaginer ce scénario il y a environ trois ans », sourit Sanne Caarls.


Sanne Caarls est un nouveau visage de la Belfius Women’s League. En 2017, elle a été transférée de son club d'origine, le Rood-Wit d'Aerdenhout, à Bloemendaal. Là-bas, elle a joué en première division pendant cinq ans, les trois dernières années même en tant que capitaine. « J'ai passé d'excellentes années à Bloemendaal », déclare S. Caarls. « J’y ai vécu des saisons particulièrement passionnantes, car chaque match était une lutte pour le maintien. Nous avons réussi à rester dans la cour des grands à chaque fois ».


Avec Stephanie Vanden Borre et la Néo-Zélandaise Rachel McCann, Sanne Caarls est l'un des trois nouveaux transferts de l'équipe féminine du Braxgata cette saison. « Un peu à l'improviste, et à ma grande surprise, j'ai été contactée par le Braxgata un an plus tôt », explique S. Caarls. « Mais à l'époque, je jouais encore au hockey avec les ‘potentials’ de Oranje. Ces potentials sont constitués de joueuses éligibles pour l'équipe nationale. Pour moi, il était encore trop tôt pour quitter les Pays-Bas. Mais cette saison, j'étais à la recherche de quelque chose de nouveau et j'ai repris contact avec le Braxgata. L’affaire a été réglée rapidement.


Sanne Caarls vit dans le centre d'Anvers et se plaît beaucoup en Belgique. « Je m'y plais énormément, je me sens chez moi ici », dit-elle. « J'ai vécu à Amsterdam pendant cinq ans. Une grande ville. Anvers me rappelle un peu Amsterdam, mais en beaucoup plus petit.


Le club dégage également une atmosphère particulière. Après une séance d'entraînement avec les jeunes le mercredi ou le vendredi après-midi, les parents s’installent le long du terrain pour boire un verre. Il y règne une ambiance familiale. En revanche, je dois encore m'habituer aux dialectes flamands. Quand Stephanie Vanden Borre commence à parler en gantois, je me demande vraiment ce qu’elle raconte !


Avec un score de 16 sur 18 après six jours de jeu, le Braxgata est tout à fait dans la ligne de la Gantoise, le leader du championnat. « Nous avons gagné les cinq premiers matchs d'affilée. Pour moi, c'était une expérience exceptionnelle, je n'avais jamais vécu cela auparavant...j’avoue que c’est très agréable », déclare S. Caarls en riant. « Ce n'est que lors de la sixième journée de championnat que nous avons perdu nos premiers points avec un match nul 2-2 contre les Dragons. Malgré de nombreuses victoires, nous ne jouons pas à notre meilleur niveau en ce moment. Le puzzle n’est pas encore complet. Avec Stéphanie en défense, moi-même au centre et Rachel en attaque, il y a de nouvelles joueuses dans chaque ligne et le groupe doit s'y habituer. Il est clair qu'il y a beaucoup de talent dans ce groupe. Logique, avec cinq Red Panthers qui ont disputé la Coupe du monde en juillet et quelques autres jeunes bonnes joueuses dans l'équipe. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur les play-offs, mais je suis une vraie gagnante. Je suis venue ici pour remporter le titre de champion national.


Ces dernières années, Sanne Caarls a entraîné des équipes de jeunes à Rood-Wit et Amsterdam et elle continuera sur cette voie avec les filles U12 de Boom. Elle a également été chargée d'entraîner l’équipe Messieurs 3 au Braxgata. « C'était ma première expérience en tant qu'entraîneur de seniors et chez des hommes qui plus est : j’étais assez stressée au début », dit-elle. « D'autant plus qu’on a presque le même âge. Lors du premier entraînement, j’avais apporté des dossards, mais c’étaient des tailles enfant et donc trop étroits. Ce n’était pas confortable pour les garçons et ils ont donc enlevé leurs t-shirts. Je ne savais pas ce qui m’arrivait ! Finalement, l'équipe sans t-shirt a remporté le duel d'entraînement et je suis allée prendre une photo avec eux. Mon style d'entraînement ? J'aime travailler dur et m'entraîner avec ardeur. Les garçons en auront fait l'expérience à présent (rires).


Non seulement Sanne Caarls est passée de Bloemendaal au Braxgata cette saison, mais elle a également troqué Oranje pour l'équipe des États-Unis. Avec la sélection féminine américaine, elle a fait ses débuts dans la FIH Pro League cette année et a maintenant 11 sélections à son actif. Grâce à sa mère américaine. « Il y a 28 ans, ma maman est venue aux Pays-Bas pour travailler et n'en est jamais repartie », explique Sanne Caarls. « En tant que jeune joueuse, je n'ai jamais rêvé de jouer dans l'équipe nationale néerlandaise, mais quand j'ai pu rejoindre les potentials, j'ai quand même trouvé ça cool. C’était ma chance de progresser vers le grand Oranje. Lorsque je n'ai pas été sélectionnée pour la Coupe du monde en Espagne et aux Pays-Bas cette année, je me suis dit qu'il y avait une autre solution. J'ai appelé l'entraîneur des États-Unis qui a été immédiatement très positif. Tout a été réglé en deux temps trois mouvements et le 2 avril, j'ai fait mes débuts avec l'équipe des États-Unis à Amstelveen contre ... les Pays-Bas.


À la fin du mois de novembre, Sanne Caarls se rendra en Argentine avec l'équipe nationale féminine des États-Unis, composée essentiellement de joueuses de collège, dans le cadre d'un stage. Les premiers matchs de la nouvelle saison de Pro League se joueront au mois de février et mars en Nouvelle-Zélande et en Australie. « Les derniers matchs des États-Unis en Australie coïncident avec le début de la deuxième partie du championnat, mais je serai en Belgique », déclare Caarls. « Je donne priorité au Braxgata.


Sanne Caarls n'en a pas fini avec le hockey. En effet, le rêve olympique est à portée de main. « En octobre prochain, nous jouerons les Jeux panaméricains et ce sera le moment de se qualifier pour les Jeux de 2024 », conclut-elle. « Aller à Paris serait vraiment cool. Quatre ans plus tard, en 2028 à Los Angeles, l'Amérique est le pays hôte et nous y serons en principe automatiquement. J'aurai alors 30 ans. Normalement, c'est à cet âge-là qu’on est au top, n'est-ce pas ?

Partners

Top