News detail

Buitenlandse spelers in de ION Hockey League

27/10/2022 – 15:28

Carla Rebecchi, Sean Murray, Rachel McCann en Blake Govers.


Heel wat buitenlandse hockeyers kleuren de ION Hockey League. Stuk voor stuk spelers en speelsters die onze Eredivisie attractiever en sterker maken. Wat vinden die hockeyers van de ION Hockey League ? Hoe vinden ze het leven in België ? Een hoe zien zij de nabije toekomst ? We vroegen het aan enkele toppers.

Carla Rebecchi (38 jaar – Argentinië - Antwerp): “Genieten van familiegeluk én van elk moment bij Antwerp”

Op 19 september 2020 maakte het Argentijnse hockeyicoon haar opwachting voor Antwerp in de Eredivisie. Zes keer won Rebecchi met Argentinië de prestigieuze Champions Trophy, ze veroverde met haar land brons op de Spelen van 2008 in Peking en zilver vier jaar later in Londen. Het absolute hoogtepunt: voor 16.000 knotsgekke Argentijnse fans greep Rebecchi met ‘Las Leonas’ in 2010 de wereldtitel in eigen land. Kortom: Rebecchi, die 317 caps verzamelde, won zowat alles, behalve olympisch goud.


Toen de Olympische Spelen 2020 wegens de pandemie een jaar werden uitgesteld betekende dat voor mij een zware dreun. De laatste kans op olympisch goud ging in rook op”, aldus Rebecchi. Ze begon met Argentinië nog wel aan de voorbereiding van de Spelen 2021, maar haakte uiteindelijk definitief af als international. Familiegeluk kwam op de eerste plaats. Intussen is spits Rebecchi reeds aan haar derde seizoen aan de slag bij Antwerp.


Omdat ik voor de tweede keer mama werd, speelde ik vorig seizoen slechts acht matchen”, zegt Rebecchi. “Ik ben blij om er dit seizoen van bij het begin weer bij te zijn. Op fysiek vlak stond ik snel terug helemaal paraat. Dat had ik alleszins lastiger verwacht (lacht). Bij Antwerp hockey ik in een leuke omgeving. Ik geniet nog van elk moment. Genieten doet Rebecchi ook van haar familie. Samen met echtgenoot Jorge Lombi en kinderen Vera (vier jaar) en Dante (zes maanden) voelt ze zich helemaal thuis in Antwerpen. “Op dit moment is het in België in ieder geval aangenamer om te leven dan in Argentinië”, zegt Rebecchi. “Natuurlijk missen we bij momenten familie en vrienden. Einde dit jaar reizen we af naar Argentinië om dat goed te maken.”


Twee jaar geleden was echtgenoot Jorge nog strafcornercoach van het Spaanse nationale team. “Dat is nu niet meer het geval, hij oefent nu dezelfde functie uit bij Frankrijk”, aldus Rebecchi. “Leuk, want dichter bij huis. Ook bij Antwerp heeft hij enkele teams onder zijn hoede. Neen, niet het eerste damesteam. Daar speel ik (lacht).”


Toen Rebecchi in ons land arriveerde wist ze niet echt wat te verwachten van onze competitie. “Toen ik jong was speelde ik wel vijf seizoenen in Spanje, maar dat is te lang geleden om te vergelijken”, zegt de Argentijnse. “Sinds ik hier ben gaat het niveau er in ieder geval seizoen na seizoen op vooruit. In de ION Hockey League lopen er echt een pak goede speelsters rond. Dát én de leuke omgeving maakt het voor mij een ideale competitie.”


Op 38-jarige leeftijd is Rebecchi niet bezig met toekomstplannen. “Afwachten hoe ik me na dit seizoen voel en dan zien we wel”, zegt ze. “Geen idee of ik volgend seizoen nog op het hockeyveld sta. Op dit moment ben ik tevreden over het niveau dat ik haal. Gelukkig maar, want als het niet goed gaat ben ik zeer snel gefrustreerd. Ik ben nog enorm veeleisend.”


Sean Murray (25 jaar – Ierland – Gantoise): “De route van Antwerpen naar Gent valt beter mee dan verwacht”

Sean Murray is een Noord-Ier die opgroeide in hockeyclub Lisnagarvey in het zuiden van Belfast. In 2018 verliet hij Lisnagarvey en verdedigde hij twee jaar de kleuren van HC Rotterdam. Daarna kwam Murray naar België: gedurende twee seizoenen speelde hij met zijn landgenoten Luke Madeley en James Carr bij Leuven. Dit seizoen maakte hij samen met Madeley de overstap naar Gantoise. “Ik heb van de periode in Leuven genoten. Samen met Luke en James deelde ik een appartement in het centrum van Leuven”, aldus Murray. “In Leuven speelde ik aan de zijde van absolute tophockeyers als Simon Gougnard en Lucas Vila. Na twee jaar was de overstap naar Gantoise een ‘good move’. Ik wil proberen om prijzen te pakken.”


Murray mocht einde september in Hamburg met Gantoise aantreden in de voorronde van de Euro Hockey League. “Dat is de Champions League van het hockey”, zegt Murray. “Daar wil je bij zijn. Met onze jonge groep grepen we onze kans tegen een topteam als Amsterdam. Toegegeven: onze keeper Tomas Santiago speelde een supermatch. Mooie extra: in Hamburg zag ik ook mijn thuisclub Lisnagarvey aan het werk. Het was leuk om die jongens te zien.”


Zowel op als naast het veld voelt Murray zich intussen helemaal thuis in België. “Het Belgische hockey is de laatste jaren ongelooflijk gegroeid en de ION Hockey League profiteert daar mee van. Toen ik in Nederland speelde stond je in een duel tegen Bloemendaal tegenover een pak hockeysterren. Heel wat top-internationals vinden nu ook de weg naar België. Kijk maar naar Blake Govers, die nu aan de slag is bij Dragons. Het verschil in niveau met de Nederlandse competitie wordt kleiner.”


Verhuizen deed Murray het voorbije jaar ook. Van Leuven ging het naar Antwerpen, waar hij samenwoont met zijn Zuid-Afrikaanse vriendin Savannah Burns, die bij Mechelse hockeyt. “Ik had me de route van Antwerpen naar Gent erger voorgesteld. Het valt allemaal best mee”, vertelt Murray. “Bovendien is het leuk om in Antwerpen met de andere Ierse spelers te socializen. Dat doen we geregeld met Luke, James, Conor Harte van Dragons en de Braxgata-spelers Daragh Walsh en Ben Walker. Onlangs speelden we met Gantoise op Braxgata en zo’n duel tegen Daragh en Ben zorgt toch voor extra pigment. We kennen elkaar van de Ierse jeugdteams. Wat we vinden van de Irish Pubs in Antwerpen ? Daar komen we alleen maar bij heel speciale gelegenheden (lacht).”


Voor Ierland speelde Murray reeds 105 interlands. Hij maakte het WK 2018 in Bhubaneswar mee, maar daarna werden de Spelen in Tokio en het komende WK in India gemist. “We kenden de laatste jaren enkele moeilijke momenten”, aldus Murray, die ook volgend seizoen nog onder contract ligt bij Gantoise. “Het doet pijn om er straks in India niet opnieuw bij te zijn. Einde november gaat het voor ons naar het Zuid-Afrikaanse Potchefstroom. Daar proberen we ons via de Nations Cup te plaatsen voor de FIH Pro League.”


Rachel McCann (29 jaar – Nieuw-Zeeland – Braxgata): “Een leuke community van Kiwi’s”

Een nieuw gezicht in de ION Hockey League is de Nieuw-Zeelandse Rachel McCann. In haar carrière moest McCann al enkele blessures en ontgoochelingen – ze miste op de valreep de Spelen van 2016 in Rio - verwerken. De mentale gezondheid speelt dan ook een belangrijke rol in het leven van McCann. Ze heeft niet alleen een diploma ‘Sports Coaching’ op zak, ook verdiepte ze zich verder in Psychologie en Welzijn.


Braxgata betekent voor McCann het tweede Europese avontuur. Eerder speelde ze in 2018-2019 een seizoen voor Mannheim. “Het was voor mij toen een hele uitdaging om Nieuw-Zeeland te verlaten”, aldus McCann. “Op dat moment zat ik niet meer in de Nieuw-Zeelandse selectie. Tussen al die internationale speelsters groeide mijn passie voor de sport nog meer en tegelijk kon ik kennismaken met de Europese stijl van hockeyen.


Die Europese ervaring kan ze nu gebruiken bij Braxgata. “Ik werd hier geweldig verwelkomd, ik zit bij Braxgata in een echt fun team”, zegt McCann. “In de Belgische competitie is er duidelijk elke week strijd. Ondanks het feit dat we nog volop aan het bouwen zijn, mogen onze resultaten van de competitiestart gezien worden. Met dit team is er veel mogelijk. Dat laten we nu reeds bij momenten zien.”


Samen met haar vriend, die in ons land werkt, woont McCann in Antwerpen. “We vormen in Antwerpen een kleine community van Kiwi’s”, lacht McCann. “Samen met de Nieuw-Zeelandse speelsters van Antwerp (Megan Hull en Ella Hyatt-Brown), Victory (Hannah Williamson en Louise Tuilotolava) en Wellington (Stephanie Dickins) ga ik soms dineren. Alles verloopt hier zeer sociaal. Dat zie je ook in de verschillende clubs. Ik vind België een mooie omgeving om te hockeyen.”


Om haar familie te bezoeken hoeft McCann niet naar Nieuw-Zeeland te reizen. “Mijn familie is Iers, maar toen ik twee jaar oud was trokken we naar Nieuw-Zeeland”, zegt McCann. “Intussen woont gans mijn familie terug in Ierland. Nu ik in België hockey, is het dus veel eenvoudiger om hen te zien.”


Met veel vuur coacht McCann bij Braxgata enkele jeugdteams. Op dat vlak heeft ze al heel wat ervaring op zak. In Nieuw-Zeeland was ze trouwens een ‘Wellbeing Coach’. “Mentale gezondheid is zeer belangrijk”, zegt ze. “Daarom riep ik in 2018 mijn podcast ‘The Happy Athlete’ in het leven. Daarin deel ik met andere sporters en experts ervaringen over een sportcarrière en de uitdagingen die daar bij komen kijken. Onder meer tijdens de lockdown vormde de podcast een interessante tool. Er wordt gesproken over moeilijke momenten in een carrière en dat het oké is om je af en toe niet goed te voelen. Hoe omgaan met stress, druk en emoties ? Toen ik jonger was, had ik daar ook graag meer over geweten en gelezen.”


Wat de toekomst brengt, daar denkt McCann niet over na. “Ik wil gewoon genieten van mijn periode bij Braxgata en het team richting de Finals van de ION Hockey League stuwen”, besluit ze. “We zien wel wat er nog verder op mij af komt.”


Blake Govers (26 jaar – Australië – Dragons): “Hockeyen in deze omgeving, dat is wat veel Australiërs missen”

De komst van Blake Govers – een absolute wereldtopper - naar Dragons betekende dit seizoen bij de heren misschien wel de opvallendste transfer in de ION Hockey League. De strafcornerspecialist is de jongste van vier broers. De oudste, Kieran, kwam 124 keer uit voor de Kookaburras. Zelf telt Blake Govers op dit moment 128 caps. “Mijn eerste groot tornooi met de Australische nationale ploeg speelde ik in 2015 uitgerekend op het terrein van Dragons”, zegt Govers. “Aan de halve finale van de World League 2015 bewaar ik fijne herinneringen. Als 19-jarige werd ik met zeven doelpunten topscorer van het tornooi en in finale versloegen we in de slotseconden België.”


Voor Govers betekent Dragons een derde Europees avontuur. Eerder speelt hij voor Wimbledon (2014-2015) en Bloemendaal (2016-2017). “Ik vind het belangrijk om ervaring op toe doen in verschillende kampioenschappen’, aldus Govers, die op het WK 2018 in India de titel van topscorer met Alexander Hendrickx deelde. “Mijn eerste ervaring na negen speeldagen ? Heel wat teams zijn aan elkaar gewaagd. Ongeacht de tegenstander moet je steeds opletten voor ‘team threats’. Als je dat niet doet moet je telkens heel hard knokken.”


Na de negende speeldag stond de teller van Govers bij Dragons op acht doelpunten: zes strafcorners en twee veldgoals. “Ik ben tevreden, maar als pure aanvaller wil je natuurlijk altijd meer scoren”, glimlacht Govers. “Match na match voel ik me beter. Dat komt in de eerste plaats omdat ik de spelstijl van de tegenstrever meer en meer begin te begrijpen én omdat ik ook beter zicht heb op de looplijnen van mijn teamgenoten. We willen absoluut de play-offs halen en na negen speeldagen doen we het met een derde plaats zeer behoorlijk. Ik hoop dat mijn input het team helpt.”


Govers voelt zich duidelijk in zijn sas in Brasschaat. “Het weer is voortreffelijk, iedereen op de club is enorm vriendelijk en we presteren goed: logisch dat je dan geniet”, zegt Govers. “De Belgische levensstijl ? Optornen tegen die van Australië is lastig (lacht), maar puur op sportief vlak kan je het niet beter treffen. Elke week hockeyen in deze omgeving, dat is wat veel Australiërs missen.”


Europees clubhockey is niet altijd eenvoudig te combineren met het trainingsprogramma van de Australische nationale ploeg. Govers mist met Dragons de laatste twee speeldagen voor de winterstop. Australië begint dan aan de voorbereiding op het WK in India. “Dat zijn de enige twee matchen die ik zal missen”, zegt Govers. “Het vertrouwen tussen mij en bondscoach Colin Batch is groot. Batch weet alles van België en Dragons (lacht). Hij weet dat ik hier in goede handen ben.”


Werner Thys

- - -

Les étrangers de la ION Hockey League : Carla Rebecchi, Sean Murray, Rachel McCann et Blake Govers


De nombreux joueurs de hockey étrangers font la couleur de la ION Hockey League. Des joueurs et des joueuses qui tous et toutes rendent notre Division d’honneur plus attractive et plus forte. Que pensent ces joueurs de hockey de la ION Hockey League ? Comment vivent-ils leur vie en Belgique ? Et comment voient-ils l'avenir proche ? Voici les réponses de quelques grands joueurs.


Carla Rebecchi (38 ans – Argentine - Antwerp) : « Profiter du bonheur familial et de chaque moment à l’Antwerp ».

Le 19 septembre 2020, l'icône du hockey argentin a fait son entrée à l’Antwerp en Division d’honneur. Rebecchi a remporté à six reprises le prestigieux Champions Trophy avec l'Argentine. Elle a décroché la médaille de bronze avec son pays aux Jeux de Pékin en 2008 et la médaille d’argent quatre ans plus tard à Londres. Le summum : devant 16 000 fans argentins déchaînés, Rebecchi a remporté le titre mondial 2010 dans son propre pays avec « Las Leonas ». En bref, Rebecchi, qui a accumulé 317 sélections, a tout gagné sauf l'or olympique.


« Lorsque les Jeux olympiques de 2020 ont été reportés d'un an à cause de la pandémie, c’était un coup dur pour moi. Ma dernière chance de décrocher l'or olympique est partie en fumée », déclare Rebecchi.


Elle a tout de même commencé à se préparer pour les Jeux de 2021 avec l'Argentine, mais a finalement abandonné définitivement son statut d'internationale. Le bonheur de la famille passait avant tout. Depuis, l'attaquante Rebecchi en est déjà à sa troisième saison à l’Antwerp.


« Parce que je suis devenue maman pour la deuxième fois, je n'ai joué que huit matches la saison dernière », explique Rebecchi. « Je suis heureuse d’être présente dès le début de la saison. Sur le plan physique, j'ai rapidement retrouvé ma pleine forme. Je m'attendais à ce que ce soit plus difficile (rires). À l’Antwerp, je joue au hockey dans un environnement agréable. Je profite encore de chaque moment. »


Rebecchi profite aussi pleinement de sa famille. Avec son mari Jorge Lombi et ses enfants Vera (quatre ans) et Dante (six mois), elle se sent parfaitement chez elle à Anvers. « En tout cas, pour l'instant, il est plus agréable de vivre en Belgique qu'en Argentine », déclare Rebecchi. « Bien sûr, la famille et les amis nous manquent parfois. À la fin de cette année, nous nous rendrons en Argentine pour rattraper le temps perdu. »


Il y a deux ans, son mari Jorge était entraîneur PC de l'équipe nationale espagnole. « Ce n’est plus le cas aujourd’hui, il occupe désormais le même poste avec l’équipe de France », explique Rebecchi. « C’est cool parce que c’est plus proche de la maison. Il a également quelques équipes sous son aile à l’Antwerp. Eh non, pas l’équipe première féminine. C'est là que je joue (rires). »


Lorsque Rebecchi est arrivée dans notre pays, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle devait attendre de notre ligue. « Quand j'étais jeune, j'ai joué pas moins de cinq saisons en Espagne, mais cela remonte à trop longtemps pour pouvoir comparer », explique l'Argentine. « En tout cas, depuis que je suis ici, le niveau s'améliore saison après saison. Dans la ION Hockey League, il y a vraiment beaucoup de bons joueurs. Cela et l'environnement agréable en font une ligue idéale pour moi. »


À 38 ans, Rebecchi ne se préoccupe pas de ses projets d'avenir. « J’attends de voir comment je me sentirai après cette saison et ensuite nous verrons », dit-elle. « Je ne sais vraiment pas si je serai encore sur le terrain de hockey la saison prochaine. Pour l'instant, je suis satisfaite du niveau que j'atteins. Heureusement, car lorsque les choses ne vont pas bien, je suis très vite frustrée. Je suis encore toujours très exigeante. »


Sean Murray (25 ans – Irlande – Gantoise) : « La route d'Anvers à Gand est moins pénible que ce à quoi je m’attendais ».

Sean Murray est un Irlandais du Nord qui a grandi au club de hockey Lisnagarvey, dans le sud de Belfast. Il a quitté Lisnagarvey en 2018 pour aller défendre les couleurs du HC Rotterdam pendant deux ans. Puis Murray est venu en Belgique : pendant deux saisons, il a joué avec ses compatriotes Luke Madeley et James Carr à Louvain. Cette saison, lui et Madeley sont passés à la Gantoise. « J'ai apprécié la période passée à Louvain. Avec Luke et James, je partageais un appartement dans le centre de Louvain », raconte Murray. « À Louvain, j'ai joué aux côtés d'excellents joueurs de hockey comme Simon Gougnard et Lucas Vila. Après deux ans, le passage à Gantoise a été « un good move », une bonne décision. J’aimerais essayer de gagner des prix. »


Murray a pu participer avec la Gantoise au tour préliminaire de l'Euro Hockey League à Hambourg, fin septembre. « C'est la Ligue des champions du hockey », déclare Murray. « Personne ne veut rater cela. Avec notre jeune groupe, nous avons saisi notre chance contre une équipe de haut niveau comme Amsterdam. Il faut reconnaître que notre gardien Tomas Santiago a fait un super match. Petit plus : à Hambourg, j'ai aussi vu mon club d'origine, Lisnagarvey, au travail. C'était sympa de voir ces gars-là. »


Aujourd’hui, sur le terrain comme en dehors, Murray se sent parfaitement chez lui en Belgique. « Le hockey belge a connu une croissance incroyable ces dernières années et la ION Hockey League en profite. Lorsque je jouais aux Pays-Bas, on s’est retrouvé face à un groupe de stars du hockey lors d'un match contre Bloemendaal. De nombreux internationaux de haut niveau se retrouvent désormais en Belgique. Il suffit de regarder Blake Govers, qui a rejoint le Dragons. La différence de niveau avec le championnat néerlandais s'amenuise. »


Murray a également déménagé au cours de l'année écoulée. De Louvain, il est parti pour Anvers, où il vit avec sa petite amie sud-africaine Savannah Burns, qui joue au hockey au Mechelse. « Je croyais que la route d'Anvers à Gand serait pire. Finalement, c’est faisable », raconte Murray. « De plus, c’est sympa de se retrouver avec d'autres joueurs irlandais à Anvers. Je vois régulièrement Luke, James, Conor Harte du Dragons et les joueurs du Braxgata Daragh Walsh et Ben Walker. Nous avons récemment joué avec la Gantoise au Braxgata et un duel contre Daragh et Ben, c’est sûr que ça apporte de la couleur. Nous nous connaissons grâce aux équipes jeunes irlandaises. Ce que nous pensons des pubs irlandais à Anvers ? Nous n'y allons que pour des occasions très spéciales (rires).


Murray a déjà joué 105 matches internationaux pour l'Irlande. Il a participé à la Coupe du monde 2018 à Bhubaneswar, mais a ensuite manqué les Jeux de Tokyo et il manquera aussi la prochaine Coupe du monde en Inde. « Nous avons connu des moments difficiles ces dernières années », explique Murray, qui est toujours sous contrat avec la Gantoise la saison prochaine. « Cela fait mal de ne pas être à nouveau de la partie en Inde l’année prochaine. Fin novembre, nous nous rendrons à Potchefstroom, en Afrique du Sud. Là-bas, nous essaierons de nous qualifier pour la FIH Pro League en participant à la Coupe des Nations. »


Rachel McCann (29 ans – Nouvelle-Zélande – Braxgata) : « Un chouette communauté de Kiwis ».

La Néo-Zélandaise Rachel McCann est un nouveau visage dans la ION Hockey League. Au cours de sa carrière, Rachel McCann a déjà dû faire face à quelques blessures et déceptions - elle a manqué les Jeux de Rio de 2016 à la dernière minute. La santé mentale joue donc un rôle important dans la vie de McCann. Elle est non seulement titulaire d'un diplôme ‘Sports Coaching’, mais a également approfondi ses connaissances en psychologie et en bien-être.


Ayant déjà joué une saison pour Mannheim en 2018-2019, le Braxgata marque la deuxième aventure européenne pour McCann. « C'était un véritable défi pour moi à l'époque de quitter la Nouvelle-Zélande », déclare McCann. « À ce moment-là, je ne faisais plus partie de la sélection néo-zélandaise. Parmi toutes ces joueuses internationales, ma passion pour ce sport s'est encore accrue et, en même temps, j'ai pu me familiariser avec le style de hockey européen. »


Elle peut maintenant utiliser cette expérience européenne au Braxgata. « J'ai été super bien accueillie ici, je fais partie d'une équipe vraiment sympa au Braxgata », explique Rachel McCann. « Dans le championnat belge, on se bat clairement chaque semaine. Malgré le fait que nous soyons encore en train de grandir, on peut être fières de nos résultats depuis le début du championnat. Avec cette équipe, beaucoup de choses sont possibles. Nous le montrons déjà par moments. »


McCann vit à Anvers avec son petit ami, qui travaille dans notre pays. « Nous formons une petite communauté de Kiwis à Anvers », sourit McCann. « Je sors parfois dîner avec les joueuses néo-zélandaises de l’Antwerp (Megan Hull et Ella Hyatt-Brown), du Victory (Hannah Williamson et Louise Tuilotolava) et du Wellington (Stephanie Dickins). L’ambiance est très sociale ici. On le constate aussi dans les différents clubs. Je pense que la Belgique est un bel environnement pour jouer au hockey. »


Rachel McCann n'a pas besoin de se rendre en Nouvelle-Zélande pour rendre visite à sa famille. « Ma famille est irlandaise, mais lorsque j'avais deux ans, nous avons déménagé en Nouvelle-Zélande », explique McCann. « Aujourd’hui, toute ma famille vit à nouveau en Irlande. Alors maintenant que je joue au hockey en Belgique, c'est beaucoup plus facile de les voir. »


Avec beaucoup de ferveur, McCann entraîne quelques équipes jeunes au Braxgata. Elle a déjà beaucoup d'expérience dans ce domaine. En Nouvelle-Zélande, d'ailleurs, elle était « coach en bien-être ». « La santé mentale est très importante », dit-elle. « C'est pourquoi j'ai donné naissance à mon podcast ‘L'athlète heureux’ en 2018. J'y partage avec d'autres athlètes et experts mes expériences en matière de carrière sportive et ses défis. Pendant le confinement, par exemple, le podcast s’est avéré un outil intéressant. On parle des moments difficiles d'une carrière et du fait qu'il est normal de ne pas se sentir bien de temps en temps. Comment gérer le stress, la pression et les émotions ? Quand j'étais plus jeune, j'aurais aimé en savoir et en lire plus sur ce sujet. »


McCann ne pense pas à ce que l'avenir lui réserve. « Je veux juste profiter de mon temps au Braxgata et propulser l'équipe vers les finales de la ION Hockey League », conclut-elle. « Ensuite, on verra bien ce qui se présente à moi. »


Blake Govers (26 ans – Australie – Dragons) : « Jouer au hockey dans un environnement comme celui-ci, c’est ce qui manque à beaucoup d'Australiens ».

L'arrivée de Blake Govers - un joueur exceptionnel de renommée mondiale - au Dragons a peut-être constitué le transfert le plus notable de la ION Hockey League masculine cette saison. Le spécialiste du penalty corner est le plus jeune de quatre frères. L'aîné, Kieran, a fait 124 sélections pour les Kookaburras. Blake Govers compte actuellement 128 sélections. « J'ai joué mon premier grand tournoi avec l'équipe nationale australienne en 2015, précisément sur le terrain du Dragons », explique Govers. « Je garde un excellent souvenir des demi-finales de la Ligue mondiale 2015. À 19 ans, j’ai été le meilleur buteur du tournoi avec sept buts et, en finale, nous avons battu la Belgique dans les dernières secondes. »


Pour Govers, le Dragons représente une troisième aventure européenne, ayant déjà joué pour le Wimbledon (2014-2015) et pour le Bloemendaal (2016-2017). « Je pense qu'il est important d'acquérir de l'expérience dans différents championnats », déclare Govers, qui a partagé le titre de meilleur buteur avec Alexander Hendrickx lors de la Coupe du monde 2018 en Inde. « Ma première expérience après neuf jours de jeu ? Beaucoup d'équipes se valent. Quel que soit l'adversaire, il faut toujours faire attention aux ‘team threats’, aux menaces d'équipe. Si on ne le fait pas, on doit se battre très fort à chaque fois. »


Après la neuvième journée de jeu, le total du Dragons s'élevait à huit buts : six PC et deux buts sur le terrain. « Je suis content, mais bien sûr, en tant qu'attaquant pur-sang, on veut toujours marquer plus », sourit Govers. « Match après match, je me sens mieux. Tout d'abord parce que je comprends de mieux en mieux le style de jeu de l'équipe adverse, et que je comprends mieux les lignes de course de mes coéquipiers. Nous voulons absolument participer aux play-offs et après neuf jours de jeu, nous nous en sortons plutôt bien avec la troisième place. J'espère que ma contribution aidera l'équipe. »


Govers se sent clairement dans son élément à Brasschaat. « Le temps est excellent, tout le monde au club est extrêmement sympathique et nous réalisons de bonnes performances : logique que je me plaise », dit Govers. « Le style de vie belge ? Il est difficile de tenir tête à l'Australie (rires), mais d'un point de vue purement sportif, on ne pourrait pas tomber mieux. Jouer au hockey dans un environnement comme celui-ci, c’est ce qui manque à beaucoup d'Australiens. »


Le hockey en club européen n'est pas toujours facile à combiner avec le calendrier d'entraînement de l'équipe nationale australienne. Govers manquera les deux derniers jours de jeu avec le Dragons avant la trêve hivernale. L'Australie commencera alors à se préparer pour la Coupe du monde en Inde. « Ce sont les deux seuls matches que je vais manquer », dit Govers. « La confiance entre moi et l'entraîneur national Colin Batch est grande. Batch sait tout sur la Belgique et le Dragons (rires). Il sait que je suis entre de bonnes mains ici. »



Partners

Top