News detail

Berta Bonastre, een spaans icoon

20/07/2022 – 14:17

Berta Bonastre, een Spaans icoon straks aan het werk bij Gantoise: “Zeer bizar, soms voel ik meer een Belgische dan een Spaanse”


De manier waarop de dames van Gantoise de laatste seizoenen de vaderlandse competitie domineren is indrukwekkend. In de ION Hockey League gaat Gantoise vanaf begin september op zoek naar een derde landstitel op rij. Nieuw in de blauw-witte gelederen is de Spaanse Berta Bonastre, die na drie seizoenen terugkeert naar de Belgische Eredivisie. Bonastre was net nog tornooidirecteur van het WK dames in Terrassa. “Ik heb zo veel vrienden in België en mijn carrière afsluiten aan de zijde van Barbara Nelen was altijd het plan”, glimlacht Bonastre, die in 2014 kampioen werd met Wellington en in 2017 met Braxgata.


Na zeven seizoenen, vier bij Wellington en drie bij Braxgata, nam Berta Bonastre (30) in mei 2019 afscheid van de Belgische competitie. Noodgedwongen en met spijt in het hart. Als voorbereiding op de Spelen 2020 in Tokio moésten de Spaanse internationals immers terugkeren naar hun thuisland. “In mijn achterhoofd was ik ervan overtuigd dat ik nog naar België zou terugkomen, alleen wist ik niet wanneer”, aldus Bonastre.


In 2012 zette de toen 20-jarige Berta Bonastre, opgegroeid in Terrassa en met Atlètic Terrassa als thuisclub, voet aan grond in ons land. “De maanden voordien sprak ik met Antwerp en Wellington”, zegt Bonastre. “Uiteindelijk koos ik voor Wellington, vooral omdat ik frans wou leren. Ik woonde in Brussel, kwam in een zeer familiale club terecht en kende er vier mooie seizoenen. Nog steeds ben ik goed bevriend met speelsters uit die periode. Zo ben ik bijvoorbeeld close met Jill Boon. Waarom ik na vier seizoenen Wellington verliet ? Het niveau doofde wat uit en de Spaanse bondscoach vroeg om in België aan de top te hockeyen. Shea McAleese heeft me vervolgens gecontacteerd en zo kwam ik bij Braxgata terecht. Het project van de club uit Boom was mooi, ik kwam in een zeer gestructureerde omgeving terecht en kende er drie geweldige jaren. Ook bij Braxgata maakte ik vriendinnen voor het leven. Eén van de allerbeste vriendinnen is inderdaad Barbara Nelen. In die periode spraken we af om ooit samen onze carrière te beëindigen.”


   Terug naar Spanje
Ietwat met spijt in het hart verliet Bonastre in 2019 de Belgische competitie om drie seizoenen bij Club Egara – ook uit Terrassa – te hockeyen. Een tikkeltje heimwee naar België was er steeds. “België heeft me ook zo veel gegeven”, mijmert ze. “Als 20-jarige kwam ik in België aan, eigenlijk ben ik er helemaal opgegroeid. Het is heel bizar, maar er zijn momenten dat ik me meer een Belgische dan een Spaanse voel. De competitie in België is ook evenwichtiger. Bij de dames torent Club de Campo uit Madrid er al vele jaren bovenuit. In België is er veel meer mogelijk. Soms moet er een club knokken tegen de degradatie, om een seizoen later mee te strijden om de play-offs. Het is moeilijk uit te leggen, maar ook de sfeer is helemaal anders. In België maak je echt deel uit van één grote hockeyfamilie.”

Op 10 augustus in Gent 
Van die Belgische hockeyfamilie maakt Bonastre binnenkort opnieuw deel uit. In april werd officieel bekendgemaakt dat de 203-voudige Spaanse international voor het seizoen 2022-2023 naar landskampioen Gantoise trekt. “Het zal geen verrassing zijn dat Barbara daar voor iets tussen zit”, lacht Bonastre. “Ook coach Kevan Demartinis ken ik al langer. Er waren eerder al contacten om naar Gent te komen, maar ik voelde me steeds goed bij Wellington en Braxgata. Nu kijk ik er enorm naar uit om deel uit te maken van dat fantastisch team. Het is een beetje vreemd: ik ken de speelsters wel, maar nog niet allemaal als vriendin. Zo’n Hélène Brasseur, lijkt me een enorm lief meisje. Op 10 augustus kom ik in Gent aan en nestel ik me, samen met mijn vriend, in de stad. Mijn vriend heeft wel wat schrik van de switch. Vooral van het klimaat (lacht).”

“De nieuwe site van Gantoise aan de Watersportbaan bezocht ik nog niet. Het wordt voor mij in augustus een ontdekking. Ik kreeg wel al enkele video’s te zien. Het ziet er echt indrukwekkend uit. Ik kan echt niet wachten om aan dit nieuwe Belgische avontuur te beginnen. Dat we torenhoog favoriet zijn om opnieuw de Belgische titel te veroveren ? Dat besef ik, ja (lacht). Aan ons om met die druk om te gaan.”


Bonastre weet wat het is om kampioen te spelen in ons land. In 2014 vierde ze de titel met Wellington door in finale Braxgata te kloppen en in 2017 mocht ze met Braxgata met de beker zwieren na winst in de play-offfinale tegen … Gantoise. “Neen, als we met Gantoise de finale verliezen, dan verhuis ik niet naar de nieuwe landskampioen” schatert Bonastre. “Deze club zie ik als een zeer mooi eindpunt.”


WK 2018: grote teleurstelling, daarna vreugde
Bonastre kan terugblikken op een rijkgevulde carrière bij de Spaanse nationale ploeg. Ze verzamelde 203 caps en was er al bij op het WK 2010 in het Argentijnse Rosario. Net als de Red Panthers, maakte zij ook met Spanje enkele ontgoochelingen mee. Zo incasseerde Spanje op het EK 2019 in Antwerpen in halve finale in de allerlaatste minuut een goal tegen Duitsland en werd er vorig jaar op de Spelen in Tokio in kwartfinale na shoot-outs verloren van Groot-Brittannië. “Maar de allergrootste ontgoocheling was de nederlaag na shoot-outs in de halve finale van het WK 2018 in Londen tegen Ierland”, aldus Bonastre. “Zo’n unieke kans om de finale van een WK te halen krijg je wellicht nooit meer. Dat we een dag later de wedstrijd om brons wonnen tegen een topland als Australië was dan weer een hoogtepunt. De zwaarste teleurstelling én de grootste vreugde: het kan dus op één toernooi.”


Ietwat onverwacht besloot de Spaanse staf om na de Spelen van Tokio – waar Spanje zevende eindigde - drastisch in te grijpen in de kern. Voor heel wat ervaren speelsters was er geen plaats meer. Ook niet voor Bonastre. “Elf speelsters moesten niet meer terugkomen. Het was een verrassing, maar de beslissing van een coach moet je altijd begrijpen en respecteren. Hier op het WK in mijn thuisstad Terrassa had ik mijn internationale carrière dolgraag beëindigd”, mijmert ze in het olympische stadion van Terrassa. “Afhaken na Tokio stond nog niet op mijn planning. Ach, intussen hebben ik andere zaken van het leven leren kennen en heel wat andere dingen kunnen doen.”


Tornooidirecteur WK 2022
Die nieuwe dingen kwamen er zelfs razendsnel. Bonastre is een icoon in Spanje en ze werd gevraagd om tornooidirecteur van het WK te worden. “In september werd me die vraag gesteld” vertelt ze. “Voorwaarde was wel dat ik niet speelde. Dat bleek even later geen probleem (lacht). Ik had nooit gedacht dat ik deze functie ooit zou bekleden. Het was bizar en tegelijk enorm leuk om deel uit te maken van een organisatie van dit niveau. Je ziet de andere kant van een tornooi, je dient op een pak evenementen en activiteiten aanwezig te zijn én natuurlijk wil je het de speelsters zo comfortabel mogelijk maken.”
Wat de toekomst betreft laat Bonastre alle mogelijkheden open. “Het laatste jaar is mijn leven drastisch veranderd”, besluit ze. “Er zijn andere zaken op mijn pad gekomen en ik ben tevreden dat ik mijn internationale carrière op de Spelen in Tokio kon afsluiten. Nu gaat alle aandacht naar Gantoise. Of na dit seizoen een verlengd verblijf in Gent mogelijk is ? Ik teken altijd voor één jaar, maar alles is mogelijk. Na het seizoen zal ik zien wat mijn lichaam en mijn hoofd zegt. En ook wat mijn vriend zegt (lacht). Uiteindelijk moet hij zich ook in België goed voelen. Op termijn een functie bij de FIH ? Er zijn mensen die willen dat ik me engageer, dus ook dat is niet uitgesloten. Maar de internationale federatie moet natuurlijk ook willen.”

Werner Thys
-

Berta Bonastre, une icône espagnole bientôt à l'œuvre à la Gantoise : « C’est très bizarre, parfois je me sens plus belge qu'espagnole ».


La manière dont les dames de la Gantoise ont dominé la ligue nationale ces dernières saisons est impressionnante. Dans la ION Hockey League, la Gantoise cherchera à remporter un troisième titre de champion consécutif à partir de début septembre. La nouvelle venue dans les rangs bleus et blancs est l'Espagnole Berta Bonastre, qui revient en Division Honneur belge après trois saisons. Bonastre vient tout juste d’occuper le poste de directrice du tournoi de la Coupe du monde de hockey féminin à Terrassa. « J'ai tellement d'amis en Belgique et terminer ma carrière aux côtés de Barbara Nelen a toujours été le plan », sourit Bonastre, qui a remporté le championnat avec le Wellington en 2014 et avec le Braxgata en 2017.


Après sept saisons, quatre au Wellington et trois au Braxgata, Berta Bonastre (30 ans) a fait ses adieux au championnat belge en mai 2019. Par la force des choses et le cœur gros. En vue des JO de 2020 à Tokyo, les internationaux espagnols devaient retourner dans leur pays. « Au fond de moi, j'étais convaincue que je reviendrais en Belgique, mais je ne savais pas quand », nous confie Bonastre.


En 2012, Berta Bonastre, alors âgée de 20 ans, ayant grandi à Terrassa et dont l'Atlètic Terrassa est le club d'origine, a posé le pied dans notre pays. « Les mois précédents, j'avais discuté avec l’Antwerp et le Wellington », explique M. Bonastre. « Finalement, j'ai choisi le Wellington, principalement parce que je voulais apprendre le français. Je vivais à Bruxelles, j’avais rejoint un club très familial où j’ai vécu quatre belles saisons. Je suis encore très amie avec des joueuses de cette époque. Par exemple, je suis proche de Jill Boon. Pourquoi j’ai quitté le Wellington après quatre saisons ? Le niveau s'est un peu tari et l'entraîneur national espagnol m'a demandé de jouer au sommet en Belgique. Shea McAleese m'a alors contactée et c'est ainsi que je suis arrivée au Braxgata. Le projet du club de Boom était bien, je me suis retrouvée dans un environnement très structuré et j'y ai passé trois magnifiques années. Au Braxgata aussi, je me suis fait des amies pour la vie. L'une de mes meilleures amies est en effet Barbara Nelen. À cette époque, nous avons convenu de terminer un jour nos carrières ensemble. »


   Retour en Espagne

Un peu à regret, Bonastre a quitté le championnat belge en 2019 pour jouer pendant trois saisons au Club Egara - également à Terrassa. Non sans une touche de nostalgie pour la Belgique. « La Belgique m'a tant donné », songe-t-elle. « Je suis arrivée en Belgique à l'âge de 20 ans, j'y ai donc grandi en quelque sorte. C'est très bizarre, mais il y a des moments où je me sens plus belge qu'espagnole. La concurrence en Belgique est aussi plus équilibrée. En Espagne, dans le championnat féminin, le Club de Campo de Madrid s'impose depuis de nombreuses années. En Belgique, beaucoup plus est possible. Il arrive qu'un club doive lutter contre la relégation, pour se retrouver en lice pour les play-offs une saison plus tard. C'est difficile à expliquer, mais l'atmosphère est complètement différente. En Belgique, on fait vraiment partie d'une grande famille du hockey. »


Le 10 août à Gand  

Bonastre fera bientôt à nouveau partie de cette grande famille du hockey belge. En avril, il a été officiellement annoncé que l'internationale espagnole aux 203 sélections allait rejoindre la Gantoise, champion national, pour la saison 2022-2023. « Vous ne serez pas surpris d’apprendre que Barbara y est pour quelque chose », explique Bonastra en souriant. « Je connais aussi l'entraîneur depuis un certain temps, Kevan Demartinis. Il y avait des contacts avant pour venir à Gand, mais je me suis toujours sentie bien au Wellington et au Braxgata. Maintenant, j'ai vraiment hâte de faire partie de cette équipe fantastique. C'est un peu étrange : je connais les joueuses, mais pas encore toutes en tant qu’amies. Hélène Brasseur, par exemple, me semble une fille adorable. Le 10 août, j'arrive à Gand et m'y installe avec mon petit ami qui redoute un peu le changement, surtout de climat (rires). »

« Je n'ai pas encore visité le nouveau site de la Gantoise sur la Watersportbaan. Ce sera une découverte pour moi en août. J'ai déjà vu quelques vidéos. C'est vraiment impressionnant. J'ai vraiment hâte de me lancer dans cette nouvelle aventure belge. Que nous sommes les grands favoris pour remporter à nouveau le titre de champion de Belgique ? Je m'en rends compte, oui (rires). C'est à nous de gérer la pression. »

Bonastre sait ce que c'est que remporter un championnat dans notre pays. En 2014, elle a fêté le titre avec le Wellington en battant le Braxgata en finale et en 2017, elle a pu porter la coupe avec le Braxgata après avoir remporté la finale de barrage contre ... la Gantoise. « Non, si nous perdons la finale avec la Gantoise, je ne passerai pas au nouveau champion national », s’esclaffe Bonastre. « Je vois ce club comme une très belle fin. »


Coupe du monde 2018 : une grande déception, puis de la joie

Bonastre peut se prévaloir d'une riche carrière au sein de l'équipe nationale espagnole. Elle a accumulé 203 sélections et était déjà présente à la Coupe du monde 2010 à Rosario, en Argentine. Tout comme les Red Panthers, elle a également connu quelques déceptions avec l'Espagne. Par exemple, lors des championnats d'Europe 2019 à Anvers, l'Espagne a encaissé, en demi-finale, un but contre l'Allemagne à la toute dernière minute et a perdu contre la Grande-Bretagne en quart de finale après des tirs au but aux Jeux de Tokyo l'année dernière. « Mais la plus grande déception a été la défaite aux tirs au but en demi-finale de la Coupe du Monde 2018 à Londres contre l'Irlande », dit Bonastre. « Une telle occasion unique d'atteindre la finale d'une Coupe du monde ne se représentera peut-être jamais. Le fait que nous ayons remporté la médaille de bronze un jour plus tard contre un pays de premier plan comme l'Australie a été un moment fort. La plus grande déception et la plus grande joie : cela peut donc arriver lors d'un seul et même tournoi. »

De manière quelque peu inattendue, après les Jeux de Tokyo - où l'Espagne a terminé septième - le staff espagnol a décidé d'apporter des changements radicaux au noyau de l'équipe. Il n'y avait plus de place pour de nombreuses joueuses expérimentées. Pas même pour Bonastre. « Onze joueuses n'ont pas pu revenir. C'était une surprise, mais il faut toujours comprendre et respecter la décision d'un entraîneur. Ici, à la Coupe du monde, dans ma ville natale de Terrassa, j'aurais aimé mettre un terme à ma carrière internationale », songe-t-elle dans le stade olympique de Terrassa. « Abandonner après Tokyo n'était pas encore au programme. Entre-temps, j'ai découvert d'autres aspects dans la vie et j'ai pu faire plein d'autres choses. »


Directrice de tournoi Coup du monde 2022

En fait, ces nouveautés sont apparues très rapidement. Bonastre est une icône en Espagne et on lui a demandé d'être directrice du tournoi de la Coupe du monde. « On m’a posé cette question en septembre », dit-elle. « La condition était que je ne joue pas. Cela s'est avéré ne pas être un problème un peu plus tard (rires). Je n'ai jamais pensé que j'occuperais un jour ce poste. C'était bizarre et en même temps très amusant de faire partie d'une organisation de ce niveau. On voit l'autre côté d'un tournoi, on doit être présent à beaucoup d'événements et d'activités et bien sûr on veut rendre les choses aussi agréables que possible pour les joueuses. »

Pour l'avenir, Bonastre laisse toutes les options ouvertes. « Tout au long de cette année, ma vie a changé de façon spectaculaire », conclut-elle. « D'autres choses se sont présentées à moi et je suis satisfaite d'avoir pu terminer ma carrière internationale aux Jeux de Tokyo. Maintenant, j’accorde toute mon attention à la Gantoise. Un séjour prolongé à Gand est-il envisageable après cette saison ? Je signe toujours pour un an, mais tout est possible. Après la saison, je verrai ce que mon corps et ma tête me disent. Et mon petit ami aussi (rires). Au final, lui aussi doit se sentir bien en Belgique. À long terme, une fonction à la FIH ? Il y a des gens qui aimeraient que je m’engage, donc c’est une autre possibilité que je n’exclue pas. Mais la fédération internationale aussi doit le vouloir. »





Partners

Top